News Croqueuses de son

 Croqueuses de Son c'est l'aventure de deux amies qui décident de prendre neuf mois de leurs temps pour écouter puis transmettre des expériences de collectifs agricoles. Oui mais voilà il y a parfois des évènements qui chamboulent les prévisions. 

 

A l'origine il était question de partir à deux sur les routes de France et de Belgique. Afin de rencontrer des initiatives collectives, de réaliser des prises de son, du montage puis d'alimenter le site internet des reportages et de les proposer aux radios associatives. Pendant plusieurs mois nous avons réfléchi à nos objectifs, rédigé des dossiers et articles, présenté des demandes de  subventions, réalisé des formations techniques sur le son, etc. Le départ est fixé pour mars 2013. Il nous reste à trouver les lieux de reportage.

 

En janvier 2013 j'apprends qu'une ferme maraîchère en agriculture biologique sur la commune voisine va être à reprendre bientôt. Bien qu'ayant envie de m'installer « un jour », je mets l'information très vite de côté me disant que ce n'est pas le moment. Mais cette opportunité revient à moi par un autre biais et je décide d'y réfléchir.

 

L'aventure professionnelle est alléchante mais doit se concrétiser par une installation au 1erjanvier 2014. Comment conjuguer neuf mois de quasi absence avec une installation agricole particulièrement énergivore, exigeante en temps et en investissement ? Impossible de faire le choix entre le projet "Croqueuses de son" d'une durée d'un an, monté de toutes pièces avec une amie et un projet d'installation qui s'inscrit dans du long terme et qui, de plus, n'est pas prêt de se représenter.

 

Après plusieurs échanges, des recherches d'alternatives, des discussions et quelques moments de doutes, d'angoisses de faire le mauvais choix et devant l'impossibilité de laisser tomber l'un ou l'autre. Nous décidons que Croqueuses se réalisera en « version allégée ». Je m'explique, nous partirons bien avec Rachel faire des reportages mais moins longtemps avec plus de pauses que prévues afin que je puisse revenir en Bretagne suivre les formations requises et faire les démarches administratives. Aude, avec qui je porte l'installation agricole, s'engage à faire certaines démarches et recherches sans moi quand je suis à l'autre bout de la France.

 

A ce moment je pensais encore pourvoir me mobiliser de temps en temps sur le montage sonore pendant les pauses bretonnes. Douce illusion ! A peine le temps de démarrer le logiciel que déjà autre chose à faire s'impose à moi. C'est donc Rachel qui se met au montage. Et que de travail, je vous l'assure. Elle décide aussi d'aller à la rencontre de collectifs seule pendant mes indisponibilités. De ces rencontres pas de reportages sonores mais des articles qu'elle rédige seule.

 

               Voilà pourquoi les reportages et articles mettent du temps à apparaître sur le site.

               Voilà comment j'apprends le compromis.

               Voilà surtout une belle histoire qui me fait comprendre a quel point mes proches me soutiennent.

 

Merci à eux.


Marie.